Signez pour le bibliobus

1300 signatures ! La pétition en ligne, doublée d'autres qui circulent dans les villages, a du succès. Il faut continuer, que les usagers, parents d'élèves, enseignants et élus locaux témoignent de leur attachement à cette culture du livre itinérante, gratuite et facile d'accès. Défendons le service public en milieu rural ! Signez ici.

mardi 14 juin 2016

Le dépôt de livres dans une commune : la fausse bonne idée

Certains maires de petites communes nous expliquent qu'il ne faut pas s'en faire, que la suppression du bibliobus n'a pas d'importance puisqu'ils ont trouvé la solution miracle : le dépôt de livres dans leur commune. C'est qu'ils sont costauds, ces maires, capables à eux seuls de transporter les 3000 à 5000 références en moyenne stockées dans un bibliobus jusqu'aux rayons de leurs étagères, tous les deux mois - ah non, pardon, on nous indique qu'ils s'agirait plutôt de trois caisses, donc en gros 300 ouvrages en prêt. 3000 versus 300, le choix s'amincit comme une peau de chagrin.

Et les enfants des écoles ? A Cesancey, commune du Sud-Revermont (à 7 km de Lons) qui a perdu son bibliobus l'an dernier, par la grâce de son appartenance à la communauté d'agglomération de Lons-le-Saunier, on a expliqué aux parents d'élèves furieux que les maîtresses n'avaient qu'à prendre sur leur temps libre pour aller faire le plein de livres dans le coffre de leur voiture, le mercredi après-midi.
Ah oui, c'est sûr, elles n'ont que ça à faire, les enseignantes : remplacer un service public qui marchait bien en prenant leur propre voiture. Bref, sur les trois caisses de livres du fabuleux dépôt, il faut déjà en enlever une pour les écoles.  

Et qui va le gérer, ce dépôt ? Qui va tenir le compte des emprunts ? Trouver une retraitée bénévole pour tenir une permanence un après-midi par semaine, c'est toujours possible. Mais gérer un fichier d'emprunts, c'est aussi se retrouver responsable en cas de manquants. Chère mamie bénévole, il vous manque un livre de recettes à 49€ le jour de la restitution, et qui est responsable ?
 Sachant qu'en moyenne, les clients du bibliobus empruntent une vingtaine d'ouvrages chacun (à Cesancey, les gens repartaient avec des sacs à provision remplis), le petit cahier de la mamie va vite devenir un splendide catalogue - qui devra également gérer les réservations en ligne et les prolongations d'emprunt. La mamie va y passer ses nuits, à pointer qui veut quoi, qui garde quoi...

Témoignage déposé sur le site de notre pétition par un lecteur qui sait de quoi il parle, lui...
Sans compter qu'ensuite, les livres, il faut les transbahuter, les porter. Evidemment, si le Conseil Départemental supprime un service, ce n'est pas pour faire passer un bus de remplacement, mais bien pour demander aux communes de faire leur propre taxi, et donc d'assurer elles-mêmes les livraisons. Donc notre gentille dame va devoir prendre sa voiture, et porter ses caisses, ou bien y laisser ses lombaires.
 Bref, le bénévolat, c'est bien gentil, mais ça ne vaut pas le conseil d'un bibliothécaire qui connaissait son fond, et qui savait conseiller les lecteurs. C'est tout de même un métier, de composer un assortiment de livres pour un bibliobus. Un jour, nous avons pu comparer deux tournées différentes,  de communes voisines mais pas desservies pareil.
Eh bien, le fonds des livres d'une des deux tournées semblait plus intellectuel que l'autre davantage axé sur la littérature populaire. Chaque bibliothécaire panachait son assortiment aussi en fonction de ses goûts et de ses lecteurs, visiblement. Qui saura faire ce précieux travail ?
Les livres, ce ne sont pas des poireaux, ils ont chacun une particularité, et ce n'est pas de les entasser par bottes de dix en prenant le bout de chaque rayon qui commence en "AV" qui palliera le choix du bibliothécaire. Pour les disques, pareil, on espère que la personne responsable du choix a des goûts éclectiques, variés, et qu'elle s'y connaît en musiques du monde, comptines pour enfants, opéra et hard-rock. Ma pauvre mamie, on vous souhaite bien du courage.

1 commentaire:

  1. On lâchera rien du tout! Et pas de négociation!

    RépondreSupprimer

Merci de votre commentaire. Il sera modéré avant publication. Merci de votre patience !